Prendre rendez-vous

| 514-509-2000 | EN

Patient Stories Background Image

Patients

Prendre rendez-vous

Des histoires de guérison inspirantes

Découvrez les parcours de transformation de nos patients avec Exception MD, alors qu'ils se lancent sur le chemin de la convalescence de leurs mains.

Patient exceptionnel NO.1

MB est opéré d’un syndrome du canal carpien gauche par un premier chirurgien, au privé. Ses douleurs nocturnes disparaissent, mais il continue d’avoir les doigts engourdis, et manque de force et de dextérité manuelle.

Il consulte alors un second médecin spécialiste, qui décide de réopérer. Mr MB subit alors une seconde décompression du canal carpien, quelques mois après la première. Ses symptômes ne s’améliorent pas.

Il consulte alors un troisième spécialiste, qui procède à une troisième décompression du canal carpien. Encore une fois, c’est une déception pour MB, car il conserve les doigts engourdis et manque toujours de force et d’endurance, malgré trois opérations.

J’ai été opéré 3 fois pour le problème de tunnel carpien, à la main gauche, par 3 chirurgiens différents. Une fois au privé et les deux autres fois dans un centre hospitalier, mais j’avais toujours les doigts engourdis et une faiblesse au niveau de la main. Depuis que j’ai été opéré il y a 9 jours pour un Lacertus au bras gauche par Dr Brutus, je sens que la force est revenue et que la douleur que je prenais pour une douleur physique est partie. C’est un beau et un gros changement de ce côté-là et je me sens beaucoup mieux!

Patient exceptionnel NO.2

LD est diabétique et a subi une décompression ouverte du canal carpien droit à une autre clinique et devait subir la même chirurgie à l’autre main, six semaines plus tard. Malheureusement, il développe une infection de plaie et a de la difficulté à avoir un suivi médical adéquat. Après cette expérience, LD ne voulait plus avoir une décompression ouverte du canal carpien.

Il décide donc de consulter Exception MD pour son autre main. Lors de sa consultation, le diagnostic d’infection de plaie à la main droite est confirmé et LD est mis sous antibiotiques. Quelques semaines plus tard, après guérison de son infection, il est opéré de son second canal carpien par endoscopie pour lequel il en sera complètement rétabli.

carpalLacertus patient picture
« C’est le jour et la nuit par rapport à la chirurgie subie à l’hôpital, mais surtout je suis reconnaissant d’avoir été traité comme une personne et non un numéro. Après une chirurgie, surtout lorsqu’il y a une complication, c’est très rassurant ».

Patient exceptionnel NO.3

ST consulte un chirurgien orthopédiste dans une clinique médicale privée de la région de Montréal pour un syndrome du canal carpien. Celui-ci examine rapidement le poignet du patient et regarde le résultat de son EMG, avant de confirmer qu’une chirurgie est requise. La consultation dure une dizaine de minutes.

Le jour de la chirurgie, il est informé qu’il sera opéré par un autre médecin, car son chirurgien ne travaille plus à la clinique. Celle-ci n’examine et n’interroge pas le patient sur ses symptômes et procède directement à la chirurgie à ciel ouvert au canal carpien droit, dans des conditions de stérilité très basiques, ce qui étonne ST. ST décrit avoir ressenti une décharge électrique durant l’intervention, mais sa chirurgienne le rassure que tout est normal. Il quitte la clinique avec un rendez-vous de suivi prévu avec une infirmière une dizaine de jours plus tard.

Lors de son rendez-vous de suivi postopératoire, ST informe l’infirmière qui lui enlève les points, que ses symptômes se sont aggravés. Il a davantage de douleur et de décharges électriques. L’infirmière lui assure que ceux-ci vont s’améliorer. Sa chirurgienne n’est pas sur place et ne peut donc pas évaluer la condition de ST.

Quelques semaines plus tard, sa situation s’aggrave, et il appelle la clinique pour revoir le médecin. Impossible, le médecin n’est pas disponible. Il décide donc de consulter chez Exception MD. Son évaluation initiale dure 45 minutes et révèle que le canal carpien droit est encore bloqué, et les tests électriques démontrent que l’état de son nerf médian au poignet droit s’est détérioré. De plus, un examen complet de son membre supérieur gauche démontre un syndrome du canal carpien et une compression du même nerf, plus haut au niveau du coude. Le phénomène de double compression du nerf (comme un tuyau d’arrosage dans le jardin est rarement bloqué à un seul endroit) est très fréquent et doit être recherché pour obtenir les meilleurs résultats.

ST est alors opéré pour une reprise par endoscopie du canal carpien droit, une décompression endoscopique du canal carpien gauche ainsi qu’une décompression du lacertus gauche (au coude), en une seule séance, sous anesthésie locale de type Walant (sans garrot sur le bras). Il est ravi du résultat et regrette d’avoir subi la première chirurgie ailleurs. Lorsque nous lui avons demandé comment il avait choisi la première clinique, sa réponse :

carpalLacertus patient picture
« C’était sur base de leur publicité. J’aurais dû mieux effectuer mes recherches sur le chirurgien, plutôt que sur la clinique. Je ne comprends pas comment il n’était pas possible de revoir ma chirurgienne après l’opération alors que je n’allais pas bien. Je suis très heureux d’avoir récupéré mes mains ».

Patient exceptionnel NO.4

PT, aime s’entraîner et consulte chez Exception MD pour un syndrome du canal carpien des deux poignets. La consultation dure 45 minutes et permet de confirmer la présence d’un syndrome du canal carpien, mais PT apprend qu’il souffre d’un syndrome du lacertus bilatéral, c’est-à-dire d’une compression du nerf médian au niveau du coude, sous un ligament appelé lacertus fibrosus. C’est pour cette raison qu’il manque de force et d’endurance. PT n’est pas convaincu de la nécessité de décomprimer le nerf au coude et choisit de faire décomprimer ses canaux carpiens, par endoscopie. Il est opéré et est soulagé des engourdissements et douleurs nocturnes, typiques du syndrome du canal carpien.

Dans les mois suivants, il consulte à nouveau en raison de quelques engourdissements résiduels, de la perte de force et de dextérité. La nouvelle évaluation confirme que les canaux carpiens ont été soulagés adéquatement, mais que la compression du nerf médian au coude persiste aux deux bras. Convaincu finalement, il choisit de subir une décompression nerveuse aux deux coudes simultanément, sous anesthésie locale sans garrot (Walant). Il est ravi de récupérer rapidement sa force et son endurance. Il n’a enfin plus d’engourdissements.

carpalLacertus patient picture carpalLacertus patient picture
« Je suis très satisfait, mais j’aurais dû écouter, et faire la décompression au poignet et au coude en une fois. Je me serais économisé des sous, et aurais eu une seule convalescence plutôt que deux. Vous êtes vraiment des professionnels. Je déplore ne pas avoir été examiné comme chez vous par mon médecin. Cela m’aurait certainement aidé à mieux choisir. »

Patient exceptionnel NO.5

AT est travailleur dans le domaine de construction, à force de travailler durement depuis le plus jeune âge, il sent que ses bras le lâchent. Il ressent des engourdissements et de la douleur dans les avant-bras et les coudes. Il ne dort plus, malgré ses orthèses. Il n’est plus capable de travailler. Il décide que sa santé est essentielle, décide de différer certains autres achats et décide de consulter chez Exception MD, sur la recommandation d’autres personnes. Verdict : double compression du nerf médian au poignet et au coude.

Il est opéré du bras droit, puis une semaine plus tard, du gauche. Lors de sa seconde chirurgie, il nous parle de la récupération de son bras droit.

Ma main a été opérée par Dr Brutus il y a une semaine jour pour jour et elle bouge très bien. J’ai très peu de douleurs et je n’ai plus d’engourdissements ou de picotements. J’ai aussi eu une chirurgie au coude pour aller décomprimer le nerf médian. Aujourd’hui, on répète pour la main gauche. Ce n’est pas trop tôt de le faire une semaine après, car ça va très bien!

Patient exceptionnel NO.6

FC est un responsable de la paie, une épouse et une mère. Elle est très occupée, mais elle aime aussi avoir du temps pour s'adonner à ses loisirs. Au cours des deux dernières années, elle a souffert de douleurs et d'engourdissements constants dans les deux mains. Elle est allée voir son médecin généraliste qui l'a diagnostiqué avec un diagnostic de canal carpien bilatéral sévère, ce qui lui a permis d'être priorisée sur la liste d'attente de l'hôpital. Le délai prévu : 2 ans.

Ses symptômes ont continué de s'aggraver, ce qui affectait grandement son sommeil, son humeur et sa capacité à être émotionnellement disponible pour ses proches. C'est alors qu'elle a décidé de prendre les choses en main.

Elle a donc commencé à faire ses recherches et est tombée sur Exception MD qu'elle a choisi pour la qualité des vidéos informatives accessibles sur le site web, pour l'approche minimalement invasive mise en avant et pour l'approche centrée sur le client qui lui a permis d'obtenir une intervention chirurgicale dans les 2 semaines suivant sa consultation initiale.

Après un examen rigoureux, le Dr Brutus détermine qu'elle doit être opérée pour une double compression du nerf médian des deux côtés (tunnel carpien et syndrome de Lacertus). Le lendemain de l'opération du premier côté, elle a eu une nuit de sommeil entière sans perturbation, ce qu'elle n'avait pas eu depuis deux ans. Elle n'en revenait pas. Après sa deuxième opération, ses symptômes ont disparu et sa force est revenue.

« Notre santé n'a pas de prix. Si nous voulons ce qu'il y a de mieux pour nous, nous devons y investir notre temps et notre argent, au lieu de le dépenser dans des possessions matérielles de toute façon. Si c'était à refaire, je prendrais exactement la même décision. Chaque dollar investi en valait la peine. »

Patient exceptionnel NO.7

CC s’est fait opérer pour une compression des tunnels carpiens aux deux mains il y a quelques années par un autre chirurgien. Ses symptômes ont complètement disparu après la chirurgie.

Quelques années plus tard, elle recommence à avoir des douleurs neuropathiques, mais ils sont différents de ceux qu’elle avait auparavant. Elle n’avait pas de douleur la nuit et les engourdissements et élancements qu’elle avait remontaient dans les avant-bras. Elle avait également une perte de force et était très maladroite des deux mains. Elle est alors allée consulter son médecin de famille qui lui a prescrit un EMG.

Avec les résultats de l’EMG passés au niveau des poignets, le médecin recommande alors une chirurgie de décompression des 2 tunnels carpiens à nouveau. Découragée et incertaine, la patiente consulte chez Exception MD. En prenant le temps d’écouter ses plaintes et en évaluant de manière rigoureuse les 2 membres supérieurs, Dr Brutus diagnostique CC avec un Syndrome du Lacertus aux 2 bras, alors que les tests provocateurs pour le tunnel carpien sont bels et biens négatifs, suggérant que les décompressions antérieures étaient réussies.

Le syndrome du Lacertus est en fait une compression du même nerf que celui qui est comprimé par le tunnel carpien, mais il est comprimé plus haut, au niveau du coude. CC décide alors d’aller de l’avant avec la chirurgie de décompression du Lacertus aux deux coudes. Durant l’opération d’une trentaine de minutes, Dr Brutus est en mesure de tester et de percevoir le retour de la force active aux deux mains de CC.

Dix minutes après l’opération, CC est assise dans le bureau pour qu’on puisse réévaluer objectivement sa force immédiatement en postopératoire dont voici l’amélioration calculée : une augmentation de 29% à la main droite et de 60% à la main gauche alors qu’elle est encore sous l’effet de l’anesthésie locale. Non seulement cela, mais CC nous rapporte que les sensations d’engourdissements sont déjà diminuées et les sensations d’élancement ont déjà disparu.

« Le premier docteur recommandait de refaire la chirurgie des deux canaux carpiens, mais je sentais bien qu'il y a avait quelque chose de différent. En cherchant sur internet, j'ai trouvé que j'avais le syndrome du lacertus. Je suis alors allée voir le Dr Brutus, qui m'a confirmé que je n'avais plus de problème au canal carpien mais que c'était plus haut, aux deux coudes. Si je ne m'étais pas écoutée, j'aurais été réopérée pour rien. Dr Brutus m'a expliqué que l'EMG ne détectait pas le syndrome du lacertus... Après ma chirurgie aux deux coudes, j'ai récupéré très rapidement. Merci. »
Background Image

Soulagez rapidement votre douleur

Prendre rendez-vous

EXPLOREZ D'AUTRES HISTOIRES DE GUÉRISON

Vos mains sont uniques et précieuses. Lorsque le besoin de chirurgie se fait sentir, choisissez un service de qualité et une approche sur mesure. Le Dr Brutus détient des cotes élevées sur des plateformes indépendantes. Ses patients le recommandent constamment pour son approche exceptionnelle, son équipe dévouée et la qualité élevée des soins prodigués.

Tout pour faciliter votre expérience

Outils
gratuits

Guides médicaux & trousses informatives gratuits

Comment soulager les symptômes du syndrome du canal carpien ? Comment reconnaître le doigt à gâchette ? Que devez-vous apporter le jour de votre opération ?

Le Dr Brutus propose une série de publications sur une variété de sujets liés à la santé. Rédigées dans un langage clair et simple, en collaboration avec des experts de différents domaines, peuvent être téléchargés gratuitement.

Phones navigating Dr Brutus website

© Dr Brutus | Avis Légal | Produit par Carbonia Web