Se réveiller au milieu de la nuit peut sembler anodin. Pour les gens atteints du syndrome du tunnel carpien, il s’agit toutefois d’un problème d’une plus grande ampleur. Environ 80% des patients du STC se plaignent de réveils nocturnes fréquents en raison de la douleur et d’un engourdissement dans la main.

Le sommeil d’une personne a un impact sur sa qualité de vie globale, et le STC peut grandement interférer avec sa capacité à dormir. En moyenne, les adultes devraient s’efforcer de dormir de 7 à 9 heures par nuit, comme recommandé par la National Sleep Foundation. Si vous constatez que vous vous réveillez fréquemment avec l’envie de secouer votre main et votre poignet pour soulager votre inconfort, cela peut être un signe que vous souffrez du syndrome du tunnel carpien.

 

Comment le syndrome du tunnel carpien affecte-t-il le sommeil?

Il y a peu de recherches sur la façon dont le STC affecte le sommeil et la santé en général, mais une étude réalisée en 2011 a révélé des résultats intéressants. Les chercheurs ont constaté que les individus atteints du syndrome du tunnel carpien dormaient en moyenne 5,5 heures par nuit. C’est 1,5 heure de moins que la recommandation minimale de 7 heures par nuit.

L’étude a également révélé que les symptômes du tunnel carpien affectent le temps nécessaire aux patients pour s’endormir, la fréquence des périodes d’éveil et la gravité des troubles du sommeil. Ces patients se sont également plaints d’une somnolence accrue pendant la journée.

 

Pourquoi le syndrome du tunnel carpien est-il pire la nuit?

Il n’est pas rare que les patients atteints de STC se plaignent de symptômes aggravés la nuit. Pourquoi? Lorsque le corps est au repos, il peut se produire des accumulations de fluide tissulaire à certains endroits ce qui peut causer davantage de pression sur le nerf médian. Il existe également plusieurs facteurs externes qui peuvent aggraver les symptômes du syndrome du tunnel carpien la nuit:

 

Moins de distractions

L’activité et le chaos quotidiens peuvent nous rendre moins sensibles à nos symptômes. Lorsque vous vous détendez, que vous vous préparez à dormir et que les distractions extérieures ont disparu, votre cerveau est plus susceptible de prendre conscience des engourdissements et de la douleur. 

 

Des températures plus froides

Les températures plus froides sont un agitateur connu pour les blessures aux articulations et aux nerfs. En effet, les nerfs endommagés interprètent le froid différemment et envoient des signaux de douleur au corps. Certains patients trouvent que le froid agite encore plus leur état.

 

Mauvaise position de sommeil

On n’en sait pas encore beaucoup sur les effets de la position du sommeil sur le tunnel carpien et de leur relation. Certaines recherches ont montré une forte association entre dormir sur le côté et l’aggravation des symptômes du syndrome du tunnel carpien. Lorsque vous dormez sur le côté, vous exercez une pression sur le poignet et la main. Votre poignet est également constamment fléchi au lieu d’être mis dans une position neutre. On ne sait pas si cela peut causer le syndrome du tunnel carpien mais la recherche suggère fortement que cela peut aggraver la maladie existante.

 

Comment puis-je améliorer mes symptômes?

 

La Physiothérapie

Des études récentes suggèrent que la physiothérapie peut être un excellent traitement pour les symptômes du syndrome du tunnel carpien. Les physiothérapeutes peuvent recommander des étirements et des exercices standards et même vous proposer une routine adaptée à votre douleur et vos occupations spécifiques. Si, au bout de quelques semaines de traitement, vous constatez que votre douleur ne s’améliore pas ou s’aggrave, vous devriez aller voir un chirurgien de la main. 

 

Des positions de sommeil appropriées

La position de sommeil a un impact considérable sur le reste de votre corps, y compris les poignets. Deux positions de sommeil optimales pour soulager la pression sont:

  • Sur votre dos
  • En tenant un oreiller

Lorsque vous dormez sur le dos, il y a une diminution de la pression sur la colonne cervicale et donc moins de risque de compression dans tout le corps. Tenir un oreiller est idéal pour ceux qui trouvent vraiment le plus de confort à dormir sur le côté. Un oreiller est un excellent moyen de stabiliser votre position et de vous éviter de trop bouger, ce qui peut exercer une pression sur vos nerfs. Cela vous évitera également d’exercer une pression directement sur votre poignet si vous l’utilisez normalement pour soutenir votre tête. 

 

Des attelles de poignet

Les attelles de poignet sont un moyen efficace mais non permanent de traiter les symptômes du syndrome du tunnel carpien. L’attelle maintient le poignet dans une position stable et l’empêche de fléchir. Les orthèses devraient être portées la nuit, pendant un maximum de 4 à 6 semaines.

 

Soulagement avec des anti-inflammatoires

Les anti-inflammatoires tels que l’ibuprofène peuvent aider les patients à dormir, surtout lorsqu’ils sont pris juste avant le coucher. Les médicaments en vente libre ne doivent pas être pris plus de quelques jours. Vous devriez également consulter votre médecin pour vous assurer qu’il n’interagit avec aucun autre médicament que vous prenez.

Les suppléments tels que le magnésium et la vitamine B6 peuvent soulager les symptômes du syndrome du tunnel carpien. Consultez d’abord votre médecin.

 

Opération

La chirurgie est le seul moyen de traiter définitivement le syndrome du tunnel carpien. Il existe deux types de chirurgie, soit la méthode à ciel ouvert et la méthode par endoscopie. Une étude réalisée en 2018 a montré que les patients ayant subi une libération chirurgicale avaient constaté une amélioration immédiate et durable de leur qualité de sommeil.  

 

Réflexions finales: Le syndrome du tunnel carpien et l’insomnie

La recherche a montré une forte association entre le syndrome du tunnel carpien et l’insomnie mais il reste beaucoup à apprendre. Ce que nous savons et ce que toutes les études réalisées jusqu’ici ont démontré, est que de diminuer la pression sur le nerf médian est le seul moyen de soulager les symptômes.