Le doigt à gâchette, également connu sous le nom de ténosynovite sténosante ou doigt à ressaut, est un problème courant qui affecte les doigts et le pouce. Il peut se manifester dans un ou plusieurs doigts à la fois, et peut être causé par de nombreux facteurs. Les traitements peuvent varier en fonction de la gravité de l’affection. Si vous présentez les symptômes suivants qui interfèrent avec votre vie quotidienne, il est recommandé de consulter un médecin :

 

Signes et symptômes

Les symptômes du doigt à gâchette apparaissent progressivement au fil du temps. Voici quelques signes et symptômes courants indiquant que vous êtes peut-être en train de développer un doigt à gâchette :

  • Douleur ou raideur à la base du doigt, en particulier le matin.
  • Un bruit ou un clic lorsque vous bougez votre doigt
  • Sensation d’accrochage ou de blocage lorsque vous bougez le doigt.
  • Diminution ou limitation du mouvement des doigts
  • Douleur et sensibilité
  • Une bosse ou un nodule à la base du doigt
  • Le doigt est bloqué en position pliée

Bien que le doigt à gâchette soit une affection courante, il existe plusieurs facteurs de risque qui peuvent vous amener à développer cette affection.

 

Quelles sont les causes des doigts gâchette?

Le doigt de gâchette se développe en raison d’une irritation prolongée du tendon. L’inflammation et le gonflement empêchent le tendon concerné de glisser correctement dans la gaine du tendon. C’est ce qui provoque la douleur et la raideur. Le doigt finit par rester coincé en permanence, car le tendon ne peut plus bouger du tout.

Bien qu’il soit difficile d’identifier la cause du doigt gâchette avec précision, nous savons que certains facteurs de risque peuvent favoriser le développement de cette affection.

  • Âge
    • Les patients développent normalement l’affection entre 40 et 60 ans.
  • Sexe
    • Les femmes développent davantage le doigt de la gâchette que les hommes
  • Conditions de santé
    • Les patients qui présentent des pathologies préexistantes telles que le diabète, la polyarthrite rhumatoïde, l’hypothyroïdie, etc. ont plus de chances de développer un doigt de gâchette.
  • Autres troubles de la main
  • Les diagnostics antérieurs (tels que le syndrome du canal carpien, la contracture de Dupuytren et la ténosynovite de De Quervain) sont associés à un risque plus élevé de développer un doigt à gâchette.

Le fait de présenter ces facteurs ne signifie pas que vous développerez un doigt de gâchette, mais simplement que vous êtes prédisposé et que vous courez un plus grand risque.

 

Diagnostic

Le doigt de gâchette est relativement facile à diagnostiquer et ne nécessite pas de tests d’imagerie particuliers comme pour d’autres affections. Votre médecin discutera avec vous de vos symptômes et procédera à un examen physique au cours duquel il recherchera les éléments suivants :

  • Sensibilité dans la gaine du tendon, principalement dans la paume de la main.
  • Épaississement ou gonflement à la base des doigts ou dans la paume de la main.
  • Déclenchement lorsque vous pliez ou redressez votre doigt

En fonction de la gravité de votre état, votre médecin vous aidera à élaborer un plan de traitement adapté à vos besoins.

 

Options de traitement

 

Votre médecin recommandera probablement d’abord des options de traitement non chirurgicales. Celles-ci peuvent inclure :

  • Repos
    • Faire des pauses et reposer la main affectée contribuera grandement à atténuer les symptômes.
  • Port d’une attelle
    • Il peut être recommandé de mettre une attelle au poignet la nuit pour maintenir le doigt affecté dans une position droite.
  • Exercices
    • Un physiothérapeute ou ergothérapeute pourra vous proposer des exercices pour étirer et renforcer le doigt affecté, ce qui améliorera le mouvement général.
  • Injections
    • Dans les cas plus graves, des corticostéroïdes peuvent être recommandés (de préférence sous guidage échographique). Les injections atténuent temporairement le gonflement et l’inflammation. Si l’injection n’améliore pas les symptômes, une intervention chirurgicale peut être nécessaire.

 L’intervention est appelée « ténolyse » ou « libération du doigt de la gâchette ». Bien qu’il s’agisse d’une chirurgie facultative, elle peut être bénéfique en fonction de l’intensité de la douleur ou du peu de mouvement que vous avez. Il s’agit d’une intervention ambulatoire qui vise à libérer la poulie A1 à l’origine du doigt à gâchette.

La décompression endoscopique est la technique privilégiée par le Dr Brutus. La procédure utilise des instruments miniaturisés et permet de cibler uniquement la poulie annulaire sans couper dans la paume. Elle est réalisée sous anesthésie locale et ne nécessite pas de points de suture. Elle est moins douloureuse, réduit la sensibilité des cicatrices et raccourcit la convalescence.

 

Réflexions finales

L’opération du doigt à gâchette est une procédure et un processus de récupération généralement simples. Votre médecin discutera au préalable de toutes les complications possibles et répondra à toutes vos questions. N’oubliez pas de poser toutes les questions que vous souhaitez afin de rendre le processus plus facile et moins stressant.